À peine a-t-on fait le tour de l’Égypte ancienne avec Assassin’s Creed Origins, qu’Ubisoft nous plonge dans la Grèce antique, en pleine guerre du Péloponnèse, soit environ 500 ans plus loin dans le temps. 

On pensait qu’Ubisoft avait largement rénové une licence au bord de l’essoufflement avec l’épisode baptisé Origins. Mais c’était avant de découvrir Odyssey ! Incontestablement, ils ont lâché les chevaux avec ce nouvel épisode : une carte gigantesque, autant maritime que terrestre, des nouveaux éléments de gameplay toutes les 4 ou 5h de jeu, une profusion de missions annexes, une narration nettement améliorée… Bref, une générosité étourdissante. Il faut croire que la mythologie grecque a largement inspiré les créateurs, de l’histoire principale jusqu’au level design, la tragédie antique imprègne toutes les lignes de code. Le scénario est probablement le meilleur de la série. La science-fiction est reléguée au second plan pour laisser place à une aventure largement inspirée par les œuvres de Sophocle ou Euripide. Par ailleurs, les développeurs ont poussé plus loin le curseur des innovations apparues dans Origins, telles que les chasseurs de primes en quête de la tête du héraut qui font planer une menace permanente judicieuse pour maintenir la tension. Ou bien le principe d’exploration plus approfondie qui donne un sentiment de liberté admirable. À titre de comparaison, le palier d’évolution entre Origins et Odyssey est aussi excitant que celui entre Assassin’s Creed IV : Black Flag et Assassin’s Creed III. Toutefois, cinq années séparent les Caraïbes de Black Flag des Cyclades d’Odyssey. Soit autant d’années d’expériences et de progrès technologiques hautement bénéfiques, permettant d’accoucher d’un jeu aussi bouillonnant. Une maïeutique convaincante qu’aurait certainement approuvé Socrate en somme.

ACOD_screen_LycaonWolf_1538388606ACOD_screen_AirAssassination_1538388611

GENRE : Action

ÉDITEUR : Ubisoft

PLATEFORMES : PS4, Xbox One, PC

SORTIE : Déjà disponible