Qui mieux que Jean-Claude Lagrèze a suivi et été acteur du Paris underground bouillonnant des années 80 et 90 ? Photographe bien connu pour ses portraits en noir et blanc d’artistes rock, new wave, punk, hip-hop, néo-romantique et même techno, tout le Paris branché – et même international – est passé devant son objectif, de Béatrice Dalle à Nina Hagen, d’Arielle Dombasle à Boy George, de Régine alors reine incontestée de la nuit parisienne à la sulfureuse Grace Jones, du travesti Divine aux cultes Taxi Girl, sans oublier Queen, Bowie, Madonna, Depeche Mode ou encore Mick Jagger. Des artistes comme Keith Haring et des performers comme l’incroyable Leigh Bowery étaient également de son entourage. Hélas décédé en 1994, Jean-Claude Lagrèze laisse un héritage photographique témoin d’une période révolue mais aussi des souvenirs des folles soirées qu’il organisait au Palace ou aux Bains Douches. JD

(Préfacé par Ariel Wizman – 240 pages – Éditions La Martinière)